Le Temple - un peu d'histoire

Une ancienne chapelle anglicane victorienne

carte postale04

Maria Jane Bowes Lyon, riche Ecossaise, Compiègnoise d’occasion, parente de la reine Victoria, fit bâtir en 1867 cette église anglicane Saint-Andrew par Louis Calla, architecte parisien, à partir des plans de l’architecte Thorton Shiels d’Edimbourg.

L’édifice fut inauguré en 1868 pour y accueillir les sujets britanniques qui vivaient dans le Compiègnois ainsi que les invités aux Séries de Compiègne sous le Second Empire.
À partir de 1954, l’Église baptiste de Saint-Sauveur y tiendra des cultes chaque semaine, partageant la chapelle avec les anglicans pour s'y installer définitivement au milieu des années 1980.

Une architecture typique

temple-01

La construction, mélange de styles, est typiquement britannique de la fin du XIXe siècle. On y relève notamment les figures caractéristiques suivantes :

  • Des fenêtres en lancettes surmontées d’arcades en pierre,
  • Des ornements sculptés en feuillages, sur les chapiteaux et les culots,
  • Des contreforts plats aussi larges qu’épais s’achevant en pointe,
  • Des portes et portails en ogive moulurés en profondeur,
  • Un oculus trilobé.

Peintures et symboles

IMG 2008

Une recherche par sondage a permis de découvrir des couches picturales successives de motifs britaniques (en particulier le chardon, représentant l'Écosse).
En entrant dans l'église, on remarque particulièrement la charpente apparente en coque de bateau renversée qui ouvre l’espace de la nef où est suspendu le lustre d’origine en tôle de fer bien conservé. On y note les symboles britanniques :

  • Armoiries de la couronne,
  • Rose (pour l'Angleterre),
  • Chardon (pour l'Ecosse),
  • Jonquille (pour le Pays de Galles),
  • Trèfle (pour l'Irlande).

On remarque également les symboles chrétiens (blé, raisin, bible, vitrail du bon berger, décalogue...).

En savoir plus sur les restaurations entreprises